Vendredi cinéma : Histoires de femmes

Le 8 Mars, c’est la journée internationale des droits de la femme (grossièrement réduite à « journée de la femme », han c’est dégueulasse y’a même pas de journée de l’homme!…). En tant que féministe convaincue, je trouve cette journée importante mais trop tristement déviée: elle n’a pas pour but de mettre le sexe féminin à l’honneur 1 jour sur 365, mais plutôt de rappeler à tous que « tous les hommes naissent libres et égaux en droits » , c’est-à-dire les femmes aussi (petit malin, laisse tomber ta blague « bah nan si c’est « les hommes » bah c’est pas les femmes hanhanhan). Et dans beaucoup trop de pays, y compris en France hein (ne te voile pas la face), les droits des femmes sont réduits voire reniés, bafoués, piétinés. Ce 8 Mars est donc un jour important pour remettre en question bon nombre d’actions, d’acquis, et de manques concernant les femmes et les traitements qui leur sont réservés. Je vous encourage donc tous à être féministes, parce que le féminisme ce n’est pas vouloir que les femmes contrôlent le monde, c’est vouloir que les femmes soient traitées comme des hommes, pour qu’il n’y aie enfin plus de dictat des genres. A bon entendeur … 😉 n’hésitez pas à me donner votre avis!

Bref, passé le moment idéologique, retour à la détente: pour célébrer ce prochain 8 mars j’ai choisis 3 films qui selon moi, mettent joliment en valeur les femmes: quelque soit leur âge, leur mode de vie, leur adaptation dans la société actuelle, leurs sentiments y sont traités non sans clichés évidement (dur, dur de changer la société hein!).

Comme t’y es belle! (Liza Azuelos, 2006)
Isa, Alice, Léa et Nina sont 4 amies dont on partage les déboires familiaux, sentimentaux et professionnels: contrôle fiscal, pacs blanc, garde des enfants, dictats des régimes, manque de reconnaissance… Un quotidien bien ordinaire saupoudré des traditions de leur communauté juive.

Assurément, on ne tient pas là le film du siècle. Et pourtant, chaque fois qu’il est rediffusé, je m’y arrête: j’aime ce film, la bonne humeur qui s’en dégage, l’humour potache. Certes les clichés, notamment sur les hommes, y sont nombreux et ce n’est pas glorieux. Mais ce que j’en retiens surtout, c’est le besoin de ces femmes d’être reconnues à leur juste valeur, et l’envie de balayer les désirs et dictats de la société pour enfin être soi-même, tout simplement. Une jolie fin. Le petit plus, un très beau casting: outre les 4 protagonistes principale, on retrouve Alexandre Astier, l’incroyable Marthe Villalonga et le craquant Andrew Lincoln.
Note: 2,5/5

***

Juno (Jason Reitman, 2008)
Juno a 16 ans, et suite à sa première fois, elle tombe enceinte. Une catastrophe? Non! Juno possède un caractère bien trempé: lorsqu’une tuile pareille lui tombe dessus, elle sait ce qu’elle veut! Elle mènera cette grossesse jusqu’au bout, et souhaite faire adopter le bébé ensuite. Gérer ses parents, trouver le couple idéal pour l’adoption, poursuivre le lycée… Ces 9 prochains mois, alors que son ventre s’arrondit, Juno va connaitre la maturité du monde adulte plus vite qu’une adolescente ordinaire.

C’est bel et bien une adolescente qui est mise en valeur dans ce bijou de film d’auteur: Juno est une gamine de 16 ans très atypique, et qui va vivre une aventure qui achèvera de la démarquer des autres filles de son âge. On est forcément charmé par ce petit bout de femme, et bien sûr l’interprétation magistrale d’Ellen Page y est pour beaucoup: pourtant âgée de 24ans au moment du tournage, l’actrice apporte fraicheur et spontanéité au film. Une perle à voir absolument!
Note: 4,5/5

***

Volver (Pedro Almodovar, 2006)
Raimunda vit avec sa fille et son compagnon dans un quartier populaire de Madrid. C’est avec force et courage qu’elle mène sa vie, travaillant dur pour joindre les 2 bouts, restant présente pour sa famille notamment sa sœur Sole. Deux décès coup sur coup vont changer sa vie et faire ressortir les secrets du passé…

Ce n’est un secret pour personne, la principale source d’inspiration d’Almodovar est… la gente féminine. Il sait mieux que quiconque mettre en valeur les femmes, les rendre fortes et fragiles à la fois, leur rendre hommage de toute beauté. D’ailleurs pour Volver, les femmes du casting ont reçu une Palme d’Or collective à Cannes en 2006, pour Prix d’interprétation féminine. Pour autant, ce film encensé par la critique n’est pas mon favoris d’Almodovar. Le scénario est rocambolesque, j’ai eu besoin de 2 visionnage pour m’en imprégner complètement. C’est ce qui m’a un peu dérangé. Sinon, la photographie est excellente, l’ambiance à l’espagnole est délicieuse, et je vous conseille fortement de le regarder en VOstFr.
Note: 3,5/5volver almodovar

Et toi, quels films mettant en valeur une ou des femmes t’as marqué? As-tu vu ceux-ci?

Crédits photos Allociné, liens en cliquant dessus

2 commentaires sur “Vendredi cinéma : Histoires de femmes

  1. J’ai un film assez récent que j’ai beaucoup aimé « big eyes » inspiré de l’histoire vraie d’une femme incroyable avec un talent usurpé par son compagnon qui en récolte tous les crédits. Très beau film que je conseille!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s