Grossesse : vivre un dépassement de terme

Une grossesse dure 266 jours, 39 semaines, 41 à partir du 1er jour des dernières règles. Ce n’est pas censé être une science exacte, bien entendu, mais globalement c’est ainsi. Beaucoup de femmes accouchent un peu avant : 7 jours, 10 jours, 15 jours avant, c’est très courant. Un certain nombre de bébé pressés débarquent sur Terre prématurément. Mais quid des bébés-Tanguys?

On en parle très peu, je trouve, et pourtant c’est une situation que vivent un certain nombre de maman. Dont moi.

Fripouillone n’était visiblement pas une pressée. Même si cette grossesse s’est bien passée et que je l’ai bien vécue, lorsque le corps médical vous martèle les oreilles avec votre date prévue d’accouchement, vous n’imaginez absolument pas les jours qui la suivront sans votre loulou dans les bras. Et pourtant…

L’attente
La dernière semaine est interminable. On est sur le qui-vive, interprétant tant bien que mal le moindre signe comme étant peut-être le début de notre grande aventure… alors qu’il ne s’agit que d’un pet coincé (pardon, mais c’est souvent vrai !). On sait que Machine à accouché 10 jours avant, et que la cousine de Truc a eu ses contractions l’avant-veille… Et moi ? Mon accouchement va-t-il commencer par une rupture spectaculaire de la poche des eaux, comme dans les films, ou bien des contractions discrètes qui vont s’intensifier d’heure en heure jusqu’à atteindre le sacro-saint rythme de « 1 toutes les 5 minutes depuis 2 heures » (j’ai bien appris ma leçon tu vois?). Il y a ce compte à rebours : j-7 … j-6… la date approche et bien sûr, intérieurement, ça bouillonne! Alors quand on voit défiler le jour J sans que rien ne se passe, atteindre minuit est hautement décevant

L’entourage
Honnêtement, vos proches deviennent vos pires ennemis dans cette période délicate. J’aime mes amis, j’aime ma famille, mais là, je ne pouvais plus les voir en peinture.
Déjà, allez savoir pourquoi, tout le monde se bouscule pour venir te rendre visite, alors que lorsque tu es proche de l’explosion, tu n’as qu’une envie c’est d’être SEULE. Comment leur faire comprendre poliment que tu n’as pas envie de les accueillir alors qu’ils sont excités comme des puces à l’idée de te voir « une dernière fois » dans cet état ?
Ensuite, les messages incessants ne font que renforcer l’attente et l’agacement. Les gens sont gentils, mais leurs propos sont terriblement indélicats, à base de :
« Bah alors ? » -> politesse bonjour ;
« Il ne veux pas sortir ? » -> si il veux, c’est moi qui le retiens en serrant le périnée très très fort ;
« Ben toujours pas accouché ? » -> si, il y a 3 semaines, mais on n’avait pas envie de te prévenir ;
« C’est chiant je veux le voir moi » -> et moi pas, peut-être ? ;
et le summum du déplacé : « Ça m’arrangerai que tu accouches maintenant. » Comme si on parlait de faire une tarte aux pommes pour le goûter de demain.
.
Lorsque tu finis par leur répondre un peu sèchement que NON, bébé n’est toujours pas là, ils te gratifient d’une phrase bien rassurante « Ça ne devrait plus tarder, ce n’est qu’une question de jours » . Oui, évidemment, ça ne devrait plus tarder. On est tous d’accord là-dessus. Sauf que ça fait déjà un mois que toi (et tout le monde) tu te dis que ce n’est qu’une question de jours, ça commence à faire beaucoup de jours. Surtout que chaque journée après le terme dure 65 heures en moyenne. Si, si.

Ces sentiments qui se bousculent
J’étais très prête à accoucher : répétant comme une bonne élève mes cours de sophrologie, checkant la valise 10 fois, briefant Chéri pour l’itinéraire et l’organisation du jour J… Prête à accepter les premières contractions, prête à devoir gérer la souffrance physique, prête à inonder le nouveau parquet au beau milieu de la nuit… Bref, j’étais prête.
En même temps bien sûr, il y a toujours une pointe d’angoisse qui me titillais, vais-je y arriver ? Cela va-t-il bien se passer ? Bébé se portera-t-il bien ? Comme beaucoup de maman j’imagine. Plus les jours ont passés, plus l’angoisse a grandit. Parce que visiblement, la réponse à ma première question était : non. Non, je n’arrive pas à accoucher. Mon corps ne produit pas de contractions, il ne sait pas faire, je suis mal fichue. Alors puisque déclencher des contractions m’est impossible, comment vais-je faire pour sortir un bébé de là ?
A partir de là, survient la culpabilité. Pourquoi les autres accouchent seules, et moi j’ai besoin d’un tas de machins chimiques dans le sang pour y arriver ? Qu’est ce que tourne pas rond à l’intérieur ? Serait-ce de ma faute ? Si ça se trouve, c’est mon inconscient qui bloque la production d’hormones, et c’est moi qui retiens volontairement ce bébé inside. Je veux le garder pour moi. J’arrive pas à le lâcher.
Avec la pression de l’entourage, qui demande moultes fois quand est ce que bébé sort (voire « il veux pas nous voir ou quoi? ») survient aussi de la colère : Bébé, j’ai tout préparé pour toi pendant 9 mois, j’ai fais attention à mon alimentation, ma boisson, à l’air que je respirais et aux produits que je manipulais, et tu m’obliges à avoir recours à des médocs pour te sortir de là ? Pourquoi ne veux-tu pas nous rencontrer ? On a (déjà) l’air d’être de si horribles parents ? Tu n’es pas gentil de nous faire languir comme ça ! —> Ajoute ici une énorme louchée de culpabilité d’être cette mère qui se fâche contre son enfant qui n’est même pas né, qui est traversée de pensées horribles, qui s’annonce être vraiment le plus lamentable des parents.
Quand tu as pleuré toutes les larmes de ton corps en demandant pardon à ce petit être qui n’y est pour rien, que tu as accepté que la nature n’est pas toujours bien faite et qu’elle a parfois besoin d’un petit coup de pouce pour passer à l’action, et que tu intègres ce parcours d’accouchement médicalisé, tu peux peut-être commencer à t’accorder un peu de paix pour l’âme. Une fois que l’idée d’un déclenchement avait fait son chemin, je me sentais enfin sereine pour accueillir mon enfant.

Elle s’est paumée en route ou quoi ?

.
Pour finir un conseil si vous avez une « dépassette » dans votre entourage : ne la harcelez pas tous les 2 jours avec des « alors ? » , quand on y réfléchit on se doute bien à quel point ça peut être pénible. Vous voulez prendre de ses nouvelles, ça se comprend et c’est très gentil de votre part ! Eh bien plutôt que de demander si elle a accouché, dites-lui que vous pensez à elle et que vous êtes une oreille attentive si elle a besoin de vider son sac, et souhaitez-lui un bel accouchement. Ne vous vexez pas si elle ne répond pas rapidement, voire si elle ne répond pas du tout : moralement elle n’est peut-être pas au top et c’est difficile de devoir justifier ce manque de nouvelles à tout le monde. Ne lui renvoyez pas non plus un message triomphant « Ah ah tu ne réponds pas car en ce moment tu accouches hein ?! » , il n’y a rien de plus horripilant que de recevoir ça. De toute manière, quand bébé sera né, elle vous préviendra !

Comme d’habitude n’hésitez pas à laisser vos pensées, avis et retours sous cet article ! J’adorerai lire vos expériences si vous aussi vous avez dépassé le terme, parce qu’on en trouve peu j’ai l’impression. Mais même si vous n’êtes pas dans ce cas, la plume est libre bien entendu hein, pas de discriminations :D !

PS : Pour comprendre dans l’humour et la délicatesse ce que vivent les dépassettes, je vous dirige vers cet article hilarant et criant de vérité !

Publicités

28 commentaires sur “Grossesse : vivre un dépassement de terme

  1. Coucou! Ton article m’a beaucoup fait sourire même si à la fois il est, je pense, criant de vérité! Je suis à peu près à 15 jours de mon terme, je ne sais pas encore quand bébé va décider de venir mais je me fixe sur la date prévue et j’évite de penser qu’il peut venir avant pour ne pas rentrer dans une spirale d’attente trop longue.. J’ai la chance que ma grossesse se passe bien alors forcément ça aide mais j’avoue que si à la date prévue toujours rien je pense que cela sera un peu frustrant! Pour l’entourage je pense que je ne répondrai pas s’ils sont trop insistants d’autant qu’il est logique que si l’on ne dit rien c’est que bébé n’est pas arrivé! bises

    J'aime

    1. Tu as raison de ne pas penser accoucher avant, car l’échéance n’en serai que plus longue et pénible ! Je ne m’étais pas figuré accoucher avant terme non plus… Même si à la toute fin je l’espérais un peu. Si jamais la fin est un peu longuette, tu pourras toujours revenir ici ! Je ne te dirai jamais « Bah alors ? » XD
      Lorsque je suis passée en dépassement de terme, je ne répondais que très peu aux sollicitations des gens. Seulement à mes parents, mes frères, et quelques rares personnes si j’avais un instant de bonne humeur !
      Je te souhaite une belle toute fin de grossesse, un merveilleux accouchement, et pas de dépassement de terme ! Merci de ton petit mot :)

      Aimé par 1 personne

      1. Oh c’est gentil comme tout merci beaucoup 🙂 pas de souci pour éventuellement repasser hi hi :-p à 15 jours du terme il y a des chances que l’on commence à me demander alors???? si j’ai le malheur de ne pas répondre assez vite lol bises

        J'aime

  2. J’ai été une dépassette pour mon premier et comme toi, je n’en pouvais plus ! Je compatis. J’ai aussi subi ces agacements face à l’entourage pressant…
    Néanmoins, je commence petit à petit à avoir un léger sentiment de malaise à la lecture de ces dizaines d’articles « coups de gueule » contre l’entourage de toutes les mamans qui se sentent harcelées pour un oui ou pour un non et qui s’impatientent bien vite au point d’écrire sur leur blog leur raz-le-bol général. Ton article fait partie des plus nuancés en la matière mais je ne compte plus les postes sur 10 choses à ne pas dire à, au choix : la femme enceinte, la primipare, la post-partum, la jeune maman, la mère de jumeaux, la fille qui ne veut pas d’enfant… et j’en passe. Pourquoi ne pas aborder positivement le concept en disant clairement ce que vous attendez de votre entourage (un article des 10 choses à dire par exemple). Le monde ne se lie pas contre les mamans, au contraire, c’est un moment de grâce pour tous ! Ces blogueuses devraient à leur tour faire un peu preuve de la compréhension et de la tolérance qu’elles réclament toutes à grands cris indignés envers leurs proches.
    Tu es beaucoup plus douce et gentille dans ton article que toutes ces filles auxquelles je fais allusion et je t’en remercie. Mais je pense que beaucoup sont preneurs de l’article expliquant ce que veulent les femmes enceintes ou dépassettes, avec un peu d’humour ironique s’il le faut mais de la légèreté et de la positivité ! C’est beau quand même ce rassemblement des gens autour d’une naissance ! Arrêtons de tout mal prendre.

    J'aime

    1. Ahah voilà un avis intéressant !
      Alors déjà difficile pour moi de ne pas évoquer la pression de l’entourage et l’agacement que ça a généré en moi, car c’est le comportement harcelant d’une personne proche qui m’a inspiré cet article. Cette personne m’envoyait 1 voire 2 messages par jour pendant les 3 dernières semaines, pour traquer mon temps de réponse et voulait être la 1ère au courrant des choses! Je l’ai très mal vécu, d’autant plus avec ce dépassement de terme. Quand j’ai décidé d’arrêter de répondre (elle ne comprenait pas mes demandes aimables de me laisser respirer) elle s’est mise à envoyer des sms à mon mari ! Bref un peu tordu ^^ du coup j’ai voulu en parler , même si on est d’accord que c’est un comportement extrême dans ce cas-ci.
      Après, il me semblait important d’écrire le dernier paragraphe donnant des conseils sur ce que je préfèrais entendre de manière adaptée et plus délicate… je n’aime pas la critique pure, j’aime terminer sur une note positive et pourquoi pas apporter mon aide ! Ce n’est peut-étre pas assez mis en avant du coup ?
      Comme tu le dis, les articles « coups de gueule » qui pululent… ça ne m’intéresse moi-même pas des masses! Je ne les lis que s’ils proviennent de blogs que je suis habituellement, sinon je zappe ! C’est peut-être gonflé car j’en ai rédigé 2 durant ma grossesse, mais je les ai blindés d’humour et d’autodérision pour provoquer surtout des sourires!

      Merci de ton passage et ton petit (long) mot !

      J'aime

  3. Aller jusqu’au terme je maîtrise !
    Pilou1 le jour J : pile à l’heure 😉
    Pilou3 J-8 : le sauveur de maman préféré
    Pilou4 J-1 : juste histoire de faire parler de lui…
    Pour Pilou2, ma seule et unique petite princesse, fallait qu’elle fasse donc quelque chose d’unique. J’ai accouché à J+1, ce qui sur une vie ne représente rien du tout. Mais ce fut les 24H les plus longues de toute ma vie !!! En particulier lorsqu’on est censée accoucher le 1er du mois, donc logiquement l’une des premières du groupe de maman du même mois et que finalement on se retrouve presque la dernière **sniff**…
    Il en faut bien, c’est comme ça 😀
    Ceci dit, je bénis Mère Nature de n’avoir jamais eu à affronter la prématurité et de m’avoir permis d’accouché quatre fois de beaux bébés tout ronds, tout roses, parfaitement achevés 😀

    J'aime

    1. Je comprends parfaitement quand tu évoques la place de dernière dans un groupe… pour ma part un groupe de « mamans Juilletistes » alors que j’ai finis par accoucher en Aout!
      Ceci dit, je n’en parle pas dans cet article-ci mais j’ai toujours dis que je n’étais pas pressée d’accoucher, jusqu’à 39sa ça me convenait que ma fille reste au chaud ! En effey la prématurité me faisait vraiment peur et j’admire ces parents qui subissent cette épreuve, quelle volonté et quel courage !

      J'aime

  4. Et tu oublies tout ceux qui te donnent les astuces les plus farfelues pour déclencher l’accouchement! J’ai aussi plutôt mal vécu le dépassement, moi qui pensais accoucher 15j avant… Mais le plus difficile a été de renoncer à un accouchement physiologique comme je l’avais envisagé avec mon obstréticienne, pour une option la plus médicalisée possible, avec déclenchement, décollement, péri, morphine et césarienne en urgence 😦 C’est surtout cela le dépassement de terme, les risques de déclenchement et ses complications. Mais tout fini bien, avec un bébé en pleine forme (qui a beaucoup beaucoup de mal à se détacher de sa maman, quand même…)

    Aimé par 1 personne

    1. Oh oui, le nombre de fois où l’on m’a conseillé de me bouger (ben merci ça insinue quoi ?) Ou de faire l’amour !! J’ai fais les 2 et aucun n’a fait venir bébé… j’ai également dû être déclenchée et renoncer à mes rêves de physio.

      Je ne parle pas de la finalité c’est vrai, j’ai eu un accouchement très médicalisé aussi… au final on va tous bien, mais les 1ers jours c’est dur à digérer. Il faut un peu de temps quoi 🙂. J’ai un bébé Koala, est ce que ceci explique cela…

      J'aime

  5. Ahah pour mon premier je ne savais même pas qu’on pouvait dépasser le terme… Donc je l’ai pas très bien véçu c’est sur, j’ai même tapé sous google « est il possible de ne jamais accoucher? ». Et les sms qui pleuvent c’est juste une torture!!
    Depuis je me suis rendue compte que c’était super courant et d’ailleurs nombre de mes copines ont dépassées le terme! Du » coup j’ai trouvé la formule qui réconforte « Tu n’as jamais été aussi proche de l’instant où tu vas le rencontrer ». C’est clair que c’est une évidence mais ça enlève un peu de pression je trouve!

    J'aime

    1. C’est une jolie phrase, mieux que les « alors toujours pas ? » par exemple !

      Haha très drôle la recherche Google ! Moi j’étais au courant car moi-même je suis un bébé après- terme ! Telle mère telle fille 😉

      J'aime

  6. Coucou!!! Comme je me revois, il y a maintenant presque un an….
    Mon ptit mec à moi est arrivé à J+7. Je n’en pouvais plus!! Je n’en pouvais plus qu’on m’appelle tous les jours…. Pire encore, j’ai vécu une grossesse au top, vraiment… Jusqu’au bout, je me sentais bien, pas de problème particulier à me bouger (bon un peu essoufflé, et tous les ptits tracas de fin de grossesse, mais vraiment rien d’insupportable…) Et bizarrement, alors qu’il était prévu de naitre le 22, le 23 j’étais incapable de me baisser pour mettre des chaussettes, j’avais un mal fou à me bouger… Tout me semblait une épreuve!!! Et tout ça car psychologiquement, je m’étais vraiment préparé à un accouchement le jour J. Et la dernière semaine, je l’ai vraiment très mal vécu… Moralement, nerveusement, j’étais à bout…. j’arrêtais pas de pleurer… tous les matins, au contrôle on me disait, « c’est vraiment pour bientôt car votre col est bien souple…. »
    Tout cela est maintenant oublié mais je suis d’accord avec toi, il faut laisser tranquille les futurs mamans….

    Aimé par 1 personne

    1. Ce n’est pas facile hein !
      Les gens sont gentils dans le fond, à vouloir des nouvelles, mais c’est usant du côté parents.
      « Amusant » ce phénomène de fatigue intense dès le terme dépassé ! Comme quoi le psychique a beaucoup de pouvoir aussi…

      J'aime

  7. Ne te sens pas coupable, chacun evolue à son rythme, ton bébé aussi.
    Il est bien au chaud à l’abri, on peut comprendre qu’il ait envie d’y rester !

    Mais je peux concevoir qu’un accouchement avec déclenchement ne soit pas ce dont tu avais rêvé. J’espère que tout se passera bien et que vous vivrez un joli moment tous les trois !

    J'aime

  8. Ahah , j’adore le terme inventé des depassetes ! L’ayant vécu aussi (J+6…), j’avoue que les deux dernières semaines ont été horribles à vivre aussi (hé oui surtout à cause de personnes mal éduquées et/ou harceleuses, car en effet ces personnes ne comprennent pas qu’elles doivent « laisser la maman tranquille ». Hé oui, j’imagine que c’est comme une future mariée, etc. Tant qu’on l’a vécu on a parfois du mal à comprendre ! J’imagine que si tu en parles sur ton blog, c’est ni une mode ni un souhait de te plaindre ou de faire un article sensation, c’est juste pour « éduquer » et car tu en as souffert! Pareil, j’ai bcp souffert de remarques de certains collègues pendant la grossesse car les gens estiment qu’enceinte , ton corps leur appartient, et parfois ils agissent ou parlent sans tact…donc je comprends…et les solutions tu les as dites: empathie, écoute attentive et juste « je pense à toi » plutot que « t’as oublié de me prévenir de la naissance « . On est dans une société de consommation (des relations et de l’info aussi je trouve), mais il serait utile, judicieux et important que certains conservent respect, empathie et tact.

    J'aime

    1. Merci beaucoup, tu exprimes parfaitement ce dont on a besoin quand cette petite aventure nous arrive : tact et empathie. Parce que j’ai l’impression que peu de gens essaient de se mettre à la place de la maman (et du papa, pas super évident pour lui non plus).

      Aimé par 1 personne

  9. Hum… sans être une depassette (pour lesquelles je compatis, moi, à partir de 37sa, je devient intenable … FeuFolet a eu la bonté de naître à j-14 -heureusement car mes parents venaient une semaine plus tard-, LutinCoquin à fait durer le suspens jusqu’à j-7 mais en même temps, j’avais un agenda de ministre)
    D’ailleurs, même sans dépasser le terme, il y a des indélicats, comme la tante de mon mari qui était ravie de s’empresser de dire à tous les chanteur du choeurs de mon mari que si il était absent c’est parce que je venais d’accoucher, détail et prénom à l’appuie 😒.
    Et je suis sidérée par le comportement de certains, perso, je ne me permettrais pas d’envoyer plus d’un texte par semaine … et ma cousine qui a dépassé le terme, je lui avais envoyé un truc du genre « et ben, ma pauvre, tu fais du rab’? J’espère que tu ne souffre pas trop de la chaleur » (elle accouchait en juillet)

    J'aime

    1. Oh non! ça je ne comprends pas, annoncer une naissance avant les parents eux-même, sans leur accord … C’est quand même gonflé !
      Un message par semaine, c’est un chiffre raisonnable :) ! ça montre aussi à la personne que tu penses à elle !

      Aimé par 1 personne

  10. Oh ca me fait tellement plaisir de lire ce genre d’article. J’ai narré mon depassement de terme dans un article l’an dernier…
    Je rêvais d’accoucher 2 semaines avant le terme, jour d’anniversaire de mon mari et de sa maman… Ca aurait été symbolique… Au lieu de ca j’ai accouché à J+8, le jour de ma fête… Un autre signe…
    Ce que j’ai le plus mal vécu pour ma part, sont les aller-retour quotidien à la maternité avec leurs lots d’espoirs, de déception et d’angoisse…

    J'aime

    1. Il est vrai que le « suivi intensif de grossesse » comme ils disent, où l’on se déplace toutes les 48hs à la maternité pour une échographie et un monito, est des plus rébarbatifs. Mais moi d’un côté ça me rassurait de savoir que j’avais toujours assez de liquide amniotique et que bébé se portait toujours comme un charme. Parce que je flippais vraiment d’une nécrose du placenta, ou quelque chose du genre, qui le mette en danger !
      Mais c’est clair que dépasser le terme apporte son lot de déceptions ! Concernant les dates, les évènements, l’organisation, tout ce qu’on avait imaginé …

      J'aime

      1. Cela est rassurant jusqu’au moment où l’échographie montre un oligoamnios mais que les gynécologues n’envisagent pas le déclenchement et te renvoient chez toi… 45min de trajet…
        Donc j’ai vraiment mal vécu mon post terme et son suivi…

        J'aime

  11. Alors moi, j’ai vécu le dépassement de terme et c’est vrai que je ne m’y attendais pas vraiment vu qu’on entend toujours, untel et untel ont accouché en avance. Après, j’avais une pression supplémentaire, ma fille étant en siège, on m’avais prévenu qu’il n’y aurait pas de déclenchement donc si elle ne sortait pas avant ledit jour ça serait césarienne!
    finalement, ledit jour, j’ai eu droit à 2 jours de rab avant de programmer une césarienne.
    Et après une magnifique rupture de la poche des eaux dans mon sommeil à 2h du mat (promis, ça fait tout drôle !) ma fille est arrivée toute seule comme une grande 2 jours après terme 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s