Bienveillance Acte III : une histoire de mots.

J’ai profité de la période de fin d’année pour me ressourcer auprès de ma famille ; observer ma Ty’Pêche évoluer avec ses papis, mamies, oncles et tantes , que l’on ne voit résolument pas assez ; savouré l’ambiance de Noël que je trouve super chouette ; et réussis à me poser un peu pour poursuivre, notamment, mes lectures à propos de l’éducation, le développement de l’enfant, et vos blogs aussi !!

Tout ceci m’a permis d’enrichir encore plus ma réflexion, et comprendre (je crois) ce que certaines d’entre vous ont voulu exprimer en commentaire, et que je n’avais pas bien saisi (pour rappel, c’était ici et ). Je voulais revenir aujourd’hui sur le poids des mots, les significations et les interprétations, et au final, ma vision plus ajustée de ma parentalité.
La bienveillance, ce mot devenu presque une insulte, j’ai enfin réussis à en faire quelque chose. Parce que je trouve toujours que la bienveillance pure (capacité à la compréhension et à l’indulgence) est quelque chose de formidable, je sais aujourd’hui que je préfère la voir comme une attitude plutôt que comme un outil. En effet, je pense que la bienveillance ne peut qualifier qu’un humain, et non pas une chose ou un concept. Ce qui m’amène à m’inclure parmi les parents qui réfutent la notion de « parentalité bienveillante » , parce que selon moi on ne peut qualifier une parentalité de bienveillante. On peut, plutôt, exercer sa parentalité avec bienveillance (entre autre).

J’ai aimé lire les concepts de parentalité respectueuse (mais dans une même dynamique, je dirai « parentalité avec respect« ) et parentalité en conscience. Pour cela, j’utiliserai les mots de Sam, mère dépassée, qui expliquait il y a quelques semaines, si bien, ce que désigne la parentalité en conscience :
« Bienveillante, positive, montessotruc etc.
Ça flotte dans l’air ambiant et c’est partout autour de nous.
C’est pas ça l’important, c’est pas d’appliquer points par points les méthodes du bouquin référence, en mâchant dans sa tête un concept vide de toute substance à force d’être ânonné sur tous les blogs et forums en vogue.
Y’a pas la bonne solution, le truc qui fait que ton môme il va être tellement plus formidable que tous les autres et que donc toi tu seras le super parent millésimé.
Tous les mômes sont formidables.
Le but c’est pas de faire bien, ni de rendre les trucs impossibles en collant au max à l’injonction de bienveillance qui transpire de partout.
L’idée c’est d’être en conscience.
De faire les choses avec conscience, une conscience éveillée, en alerte, vigilante. Honnête.
Conscience de toi d’abord avec tes limites ET tes capacités.
Parce que t’as des deux, et probablement bien d’avantage de potentiel que de freins à te réaliser.
Conscience que ce que tu dis, ce que tu fais, ce que tu ne dis pas ni ne fais a un impact, direct, durable.
Conscience que la plupart des bosses et bleus de l’enfance ne se voient pas sur son visage, même s’il les porte dans le fond de son cœur.
Conscience que ton confort n’est pas la priorité, jamais. Mais que c’est important aussi. Subtil équilibre.
Conscience que t’es un modèle, un modèle du quotidien ordinaire que tu partages avec lui et qu’il va s’appliquer à t’imiter au mieux de ses capacités.
Conscience que ton enfant c’est un être à part entière. Un individu au sens littéral du terme.
Que tu peux, que tu dois respecter. Et qui ne te doit rien.
C’est important ça, de comprendre que ton enfant ne te doit rien.
Ce que tu vas mettre d’énergie à dépasser tout ce qui bloque, grippe, gène, empêche, enlise votre relation TU le lui dois.
Et au final c’est un cadeau que tu te fais à toi.
Ta parentalité elle doit pas être bienveillante ou positive ou en position du lotus à chaque heure de ta vie.
Elle doit être en conscience.
C’est tout.
Sam’, mère dépassée… en conscience. »

Je ne pense pas qu’il faille que j’ajoute quelque chose à ces mots. Ils sont juste parfaits.

Mon cheminement de parentalité
Je commence donc 2019 en métaphorisant ma parentalité comme un chemin. Je le parcoure, main dans la main avec ma fille (et avec son Papa). Mon rôle de parent est d’accompagner Ty’Pêche vers sa vie d’adulte (et plus encore) : j’essaye de le faire avec écoute, empathie, bienveillance, compréhension, joie ; telles de jolies fleurs qui ornent le bas-côté. Ces jolis mots me font parfois défaut bien sûr. Certains jours, le chemin est plus escarpé que d’autres. Parfois il se sépare, et j’ai la possibilité d’en suivre un autre. Mais j’essaie de prendre de grandes respirations lorsque la colère me gagne, de puiser un peu plus loin dans mes ressources. Parce que j’en ai, des ressources, alors autant qu’elles me servent ! Et parfois, ces ressources ne suffisent pas, ou alors je n’ai pas su m’en servir. Je trébuche sur les cailloux du chemin. Je m’écorche, et ma fille s’écorche avec moi. Mais je dégaine la trousse de secours le plus vite possible, j’essuie le sang sur nos genoux, on s’assoie sur le bord de la route et on se pose, dans les bras l’une de l’autre, avant de reprendre notre périple. Il nous reste encore tellement à parcourir, et j’en suis tellement heureuse. Enfin, quoiqu’il arrive sur ce chemin, un immense amour nous enveloppe et lui, il ne nous fait jamais défaut.

C’est comme cela que j’imagine ma parentalité. C’est de cette manière que j’ai envie de donner un sens à cette bienveillance un peu brumeuse. Je ne me sens pas à l’aise de dire que j’élève ma fille (rapport à l’élevage, les animaux…), ni même que je l’éduque (ce mot est trop scolaire pour moi). J’accompagne ma fille dans son chemin de vie. Et j’aime totalement ça.

c’est beau, hein ? Je vous avais caché mon sens artistique extrêmement développé !

3 commentaires sur “Bienveillance Acte III : une histoire de mots.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s