Allaiter un bambin au quotidien

Ma fille a fêté ses 2 ans cet été, cela rime avec (plus de) 2 ans d’allaitement… A l’occasion de la SMAM 2019, j’avais envie de vous parler de l’allaitement d’un bambin au quotidien.

Cela n’a rien à voir d’allaiter un bébé, et un bambin. C’est une expérience totalement différente, si ce n’est l’aspect câlinou et « rien que nous 2 » qui demeure.

Déjà, le bambin sait tout simplement dire quand il veut téter. Je n’ai jamais été stressée par l’allaitement, mais c’est une épine du pied qui s’ôte lorsque la demande est claire (combien de mamans qui se prennent la tête « tu crois qu’il veut téter là ? »). Ty’Pêche a d’abord su signer la tétée, puis l’un de ses premiers mots fut « tétéééééee ». Désormais c’est un vindicatif « Maman, moi veut téter » qui résonne de sa bouche !

18 mois d’allaitement

Du haut de ses 2 ans, elle tient à soulever le tshirt d’elle-même et tente de dégrafer le soutien-gorge les jours où j’en porte un (car je suis adepte du no-bra 😜). Alors l’une des adaptations que j’ai instauré, c’est de n’accepter les tétées que si je suis confortablement installée et si nous ne serions pas méga exhibées. Non pas que je veuille me cacher pour allaiter, mais les gestes de Ty’Pêche n’étant pas délicats, je me retrouve souvent poitrine à l’air et ce n’est pas toujours de circonstances 😂 !

Certains jours, je mets le holà sur « l’allaitement à la demande » car je sais que ma fille n’est plus dépendante nutritionnellement et affectivement de mon sein : si pour X raison je lui refuse une tétée, je n’en propose pas moins un énorme câlin, un verre d’eau ou un morceau de pomme à croquer en compensation. Et bien sur, je lui explique ma raison de lui refuser la tétée à ce moment précis, et lui assure qu’on se trouvera un moment plus tard pour cela (et je m’y tiens !).

Ça me tente beaucoup, mais je n’ai toujours pas franchis le pas du sevrage nocturne. Ty’Pêche est toujours une serial téteuse, ses réveils nocturnes se calment facilement au sein, et c’est une solution de facilité qui nous convient. Sauf que … je peine parfois à me rendormir, et je peste contre cette habitude et les nuits hâchées qu’elle nous fait subir depuis des lustres.

21 mois d’allaitement ♥

La tétée est toujours synonyme de réconfort : le matin au réveil ce sont des grandes rasades de lait qui la réveillent en douceur ; à l’endormissement c’est un or blanc tout chaud qui berce son petit corps fatigué ; lorsque je rentre du travail, c’est une longue tétée câlin qui nous relie après cette séparation toujours aussi peu naturelle et logique dans nos coeurs. Après de gros sanglots ou une vive colère, le sein l’apaise et lui permet de se recentrer sur elle. Moi j’aime toujours l’observer téter, le regard dans le vague et sa petite main baladeuse sur mon autre sein. Je caresse ses cheveux tout doux et je l’embrasse, je lui souris et je respire, apaisée et profitant de ces moments en suspend.

Parfois aussi, j’en ai marre. Quand elle me demande 3 fois en 2 heures. Quand elle est si acrobatique que mon téton se retrouve à faire 3 vrilles. Quand je sais que le dîner sera prêt dans 15 minutes mais qu’elle exige de téter MAINTENANT. Quand je suis fatiguée, occupée, quand j’ai pas envie tout simplement.
Je ne ressens pas encore l’envie de « retrouver mon corps pour moi », que j’ai déjà lu chez certaines mamans aux allaitements souvent longs (mais pas forcément, chacune sa sensibilité à ce sujet en fait). Je ressens plutôt, égoïstement, l’envie que l’allaitement se fasse à MA convenance plutôt qu’à la sienne. Mais pour l’instant je reste sur cet « co-direction » des tétées quotidiennes.

24 mois d’allaitement, sous le soleil ♥ ☼

Irais-je jusqu’au sevrage naturel ? Aucune idée. Je m’étais dis que je ne me voyais pas allaiter un enfant qui marche. Puis que je ne me voyais pas allaiter un enfant qui parle. Aujourd’hui je ne me vois pas aller au-delà de la rentrée en maternelle …. mais notre histoire m’a prouvé que je dépasse naturellement mes aprioris alors… mystère ! En tout cas, ça aura été une formidable aventure humaine et biologique que cet allaitement ! Et je sais que j’en garderai un fabuleux souvenir 🙂

Avez-vous vécu l’expérience hélas peu banale d’allaiter un bambin ?

 

15 commentaires sur “Allaiter un bambin au quotidien

  1. Je me retrouve dans tes mots, la triple vrille de téton je connais bien 😉
    Moi en revanche, j’appréhende la fin des tétées nocturnes ! Car qui dit fin des tétées ne dit pas forcément fin des réveils et moi c’est clairement l’allaitement en cododo qui m’aide à me rendormir ! Grande Ju s’est réveillée au moins une fois par nuit jusqu’à 6 ou 7 ans (et elle n’a pas été allaité) et je mettais des heures à me rendormir alors que ça n’était même pas moi qui me levait !

    J’aime

    1. je ne sais pas pourquoi mes endorphines ne fonctionnent pas la nuit 😭
      Trêve de plaisanteries : j’ai pas tellement envie que les tétées de nuit cessent, mais certaines nuit elles sont vraiment nombreuses et me gâchent mon sommeil. Dommage 😦 !

      Aimé par 1 personne

  2. Ton témoignage est magnifique. Merci de nous en parler. C’est hélas, comme tu le dis, peu banal et parfois regardé d’un oeil moralisateur. Mais à partir du moment où ca convient à la maman et au bambin, aux deux intéressés en somme, il n’y a que ça qui compte ! Je vous souhaite une magnifique suite d’aventure lactée 😀

    J’aime

  3. Bonjour, je partage tes mots et ton expérience! Merci de les mettre en poésie. Pourquoi devrait-on planifier une fin de l’allaitement? On me pose souvent cette question « jusque quand comptes-tu allaiter? », question à laquelle je trouve qu’il n’y a pas de réponse.
    Pour le moment, c’est juste magique!
    Continue comme bon vous semble.

    J’aime

  4. Je me retrouve complètement dans ton dernier paragraphe sur le sevrage… je ne voyais pas allaiter un bébé avec des dents, puis un bébé qui marche et parle et n’est plus un bébé… aujourd’hui aussi je pense à l´ecole maternelle. Presque un an. Je sais aussi qu’on va sans doute repartir en amoureux au printemps prochain. 2,3 nuits. Tout est possible. Je ne me projette plus dans le sevrage. On verra bien. Mais je rêve d’une nuit complète sans me lever… c’est si rare…
    J’ai tiqué aussi sur le mot câlinou que tu utilises, car c’est celui qu’on commence à utiliser pour remplacer tétéeeeeeeeee! Qui est parfois gênant pour moi…🙄🤫
    Enfin, me dis pas que ce sont des kickers tes sandalettes qu’on voit sur la photo à la plage?? Heu c’est les miennes !! 😄

    J’aime

    1. En effet pour le sevrage, on verra bien …
      Ah oui tu trouves que le mot « tétée » est gênant ? Par rapport à l’âge de ta fille tu veux dire ?

      MDR pour les sandalettes, oui oui ce sont bien les miennes !!!

      J’aime

      1. Heu en fait vu que tout le monde croit qu’elle est sevrée, j’avoue que quand elle hurle tétée dans le silence de la nuit ou au beau milieu de la cuisine je ne suis pas tout à fait à l’aise avec ma façon de faire (non pas d’allaiter mais de le cacher)…
        Et déjà avant, c’était notre crainte le jour de son baptême à 21 mois qu’elle hurle tétéeeee en plein silence de l’assemblée… c’est le plus long allaitement de toute la famille donc pas bien compris par beaucoup…
        Au final elle n’avait pas du tout réclamé malgré l’heure du repas… et un pic de fièvre !
        Mais quand on est toutes les deux et qu’elle refuse comme cette nuit une tétée car « beurk pas bon », c’est un pincement au cœur pour moi de présager un éventuel sevrage pour lequel je ne suis pas vraiment prête…

        J’aime

      2. Dans mon entourage, je suis l’extra-terrestre : déjà qu’il n’y a quasiment eu personne qui a allaité, mais alors passer les 2 ans … Alors j’en parle très très peu. Je comprends donc ton malaise, mais ça me met en colère car la société devrait avec banalisé cela depuis tellement longtemps !

        Aimé par 1 personne

  5. J’ai allaité ma fille jusqu’à un peu plus de ces 3 ans, mais impossible de te dire à quand remonte la dernière tétée. J’ai pris l’initiative du sevrage durant la grossesse, car ça devenais vraiment douloureux. En 4-5 mois, nous sommes passés de la tétée à la demande à tétée à la maison ou en voiture seulement, puis négociées puis & tétée par jour. Tout cela s’est fait en douceur, mais cela reste à mon initiative. Je pense qu’elle téterait encore sinon 😉
    Même si j’ai pensé au coallaitement, je n’avais pas tellement envie que ma fille re tète et me sollicite trop souvent. J’espère aller au sevrage naturel pour mon fils, mais il est bien moins demandeur que sa sœur !

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s