2 ans, c’est Terrible-ment formidable !

A notre époque, 2 ans rime désormais avec TERRIBLE TWO : ce passage obligatoire, redouté des parents, où l’enfant devient un tyran familial qui hurle de frustration à longueur de journée et abuse du mot « NON » comme d’un signe de ponctuation.

Un jour, j’ai lu chez la percutante Maja, qu’à son humble avis le terrible-2 n’existe pas, et qu’il s’agit simplement d’une interprétation d’adultes sur cette confrontation de l’autorité parentale versus l’autonomie grandissante des petits (je vous la fais en très très court hein, cf son post Insta ci-dessous). Ça a tout de suite matché en moi : j’ai trouvé ça très limpide au final !

View this post on Instagram

IDÉE REÇUE N°328 ❌⁣⁣ ⁣⁣ 👀 Véritable mythe, la crise d'adolescence n'est ni plus ni moins qu'une interprétation d'adulte sur le comportement des enfants/ados. (Et c'est exactement la même chose pour le fameux "terrible two")⁣⁣ ⁣⁣ ⛔ Tel un effet boomerang, la "crise d'adolescence" résulte en réalité d'une posture antérieure des parents pendant l'enfance, qui a été axée sur la soumission à l'obéissance, la contrainte, le frein à l'expression de ses émotions, à l'autonomie et à l'affirmation de ses besoins. ⁣⁣ ⁣⁣ 💣 Du coup, lors de l'étape de développement à l'âge de l'adolescence (où les hormones vont également entrer en ligne de compte), le mal-être par rapport à ce qui a été vécu pendant l'enfance va alors être manifesté de manière très visible voire virulente. ⁣⁣ ⁣⁣ 👓 Ce qui est vu comme "une crise d'adolescence" doit au contraire être interprété comme une sonnette d'alarme dont il ne faut surtout pas se déresponsabiliser à ce moment-là. L’objectif est d'aller vers la non-violence, le respect, le soutien et l'empathie. 🙌⁣⁣ ⁣⁣ 👉 Pour celles et ceux qui auraient traversé cette fameuse "phase" avec votre/vos enfants, quel est l'émoji qui résume le mieux la façon dont vous avez vécu les choses ? ⁣⁣ ⁣⁣ #Citation #Emotions #Nveo #StopVeo #DevenirParent #EnfantsEpanouis #EnfanceHeureuse #AccompagnementRespectueux #ParentaliteConsciente #ParentaliteRespectueuse #EnfanceSansViolences #EducationBienveillante #ParentaliteBienveillante #EducationPositive #ParentalitePositive #Adultisme #Maternage #Parentalite #CriseAdo #CriseAdolescence #TerribleTwo

A post shared by Maja Accompagnante parentalité (@leslunettesdemaja) on

Effectivement, on avait l’habitude de « tout faire » à ce bébé dépendant, et dans l’enfant qui grandit naît la volonté de faire seul et de s’affirmer comme une personne à part entière. C’est très sain et vraiment bon signe d’ailleurs, vous ne trouvez pas ? Seulement voilà, nos rythmes de vie ne nous permettent pas toujours de donner ce temps d’autonomie, et on est vite aspirés dans la spirale infernale du « dépêche-toi »… même dans les moments où l’on n’a pas spécialement besoin de se dépêcher.

Tout ça pour vous dire que je n’aime pas ce terme de Terrible-2, et l’étiquette « petit monstre à mâter » qu’il peut entraîner, alors aujourd’hui j’ai envie de parler de tout ce que j’aime « grâce aux 2 ans » … histoire de se détacher des querelles du quotidien et de se rappeler que l’évolution de mon enfant est une merveille qu’il m’est tous les jours donné d’observer !

Elle a le désir de faire seule
… et c’est absolument délicieux à voir ! S’habiller, mettre et débarrasser son couvert, couper ses aliments, monter dans son siège-auto, s’installer dans la poussette… Tout, elle veux tout faire seule et d’ailleurs si on a le malheur de faire à sa place, c’est la crise assurée à base de « NNAAANN c’est MOI TOUT SEULE ! ». Ah, oui, oups.

Elle nous imite dans chacuns de nos gestes
Et sa petite ligne sur le front se dessine lorsque sa concentration à nous imiter est à son maximum. Cuisiner, utiliser nos expressions et nos postures, utiliser divers outils (scotch, ciseaux (à bouts ronds hein), couteau (arrondis hein)…)… elle est parfois une mini-nous et c’est autant amusant que questionnant dans ce qu’elle peut nous renvoyer !

Elle développe un vocabulaire époustouflant
Je suis chaque jour émerveillée par la richesse de son vocabulaire, et la facilité avec laquelle elle retient les nouveaux mots et leur sens. Ma fille a parlé tard (premiers mots vers 18 mois) mais ce fut fulgurant et aujourd’hui tout le monde nous assure qu’elle parle vraiment bien (et vraiment beaucoup 😅). C’est un avantage non négligeable lorsqu’il s’agit d’exprimer son besoin, et ainsi d’éviter des crises de frustration pour cause d’incompréhension ! C’est aussi absolument formidable de l’entendre dire « Ah mes chaussettes sont dégeus ! » ou « Tu vas au travail gagner la thune ? » 🤦‍♀️Hashtag Maman-surveille-ton-vocabulaire-STP.

Elle joue en coopération… mais aussi seule !
Désormais, lorsque l’on joue ensemble, il y a une vraie interaction et son imaginaire nous entraîne dans des périples aussi incroyables qu’improbables (le chat Duplo qui fait du toboggan dans le garage des voitures, mais qui tombe et a besoin d’une dose de Doliprane en pipette usagée, avant de se voir servir une carotte dans une coupelle !). On commence d’ailleurs à introduire les jeux de société, et elle a l’air de s’y intéresser.
Le plaisir est aussi de savourer ses moments de jeux solo, car enfin elle acquiert un peu d’autonomie à ce niveau, et ce durant plus de 5 minutes (cela signifie, toi-même-tu-sais, un café bu chaud jusqu’à la dernière goutte HALLELUIA).

Elle a une bonne mémoire
Je veux dire par là qu’elle retient des évènements qui se sont passés il y a plusieurs jours voire semaines, et qu’elle a l’air d’en retenir le plaisir éprouvé également : en effet il s’agit surtout de sorties « Moi j’étais au toboggan et à la balançoire avec toi » « Moi j’ai fais le manège avec mon Papa » « Moi j’étais vacances chez papi et mamie et l’avait les canards dans l’eau ! » . Je trouve ça méga chouette de pouvoir reparler des évènements passés avec elle !

Elle mange
C’est pas peu dire que c’est enfin un soulagement pour nous : elle mange comme nous, et à peu près bien !

Elle reconnaît et nomme certaines émotions
C’est un élément de l’éducation auquel je tiens : nommer les émotions. J’ai toujours insisté sur la colère, la peur, la joie et la fatigue. Je me suis d’ailleurs aidée de la langue des signes pour optimiser l’apprentissage. Aujourd’hui, elle sait nous dire lorsqu’elle a peur et lorsqu’elle est contente ; elle met le mot colère sur certaines crises aussi.

Les apprentissages continuent de fuser
Elle connaît ses couleurs, compte approximativement jusqu’à 11, reconnaît les lettres de son prénom, commence à dessiner des traits et des ronds (approximatifs, eux aussi), distingue jour et nuit, connaît le chemin pour aller à la crèche et celui pour rentrer à la maison, reconnaît pas de mal de formes… Bref, son petit cerveau imprime à une vitesse dingue tout un tas de nouveautés ! Bientôt le théorème de Pythagore, moi j’vous l’dis !

ma fille l’an prochain.

Voilà déjà quelques raisons pour lesquelles les 2 ans, c’est aussi terrible-ment chouette ! Je vous parlerai sûrement un jour, plus en détail, de cette fameuse confrontation du « Two versus parents », de comment ça a eu lieu chez nous, et de comment j’ai essayé, raté, et recommencé…. comme pour tout ce que l’on traverse avec Ty’Pêche, finalement !

Et chez vous, terrible-ment formidable, le Two ?

Edit du 18/12/19 : comme un signe du destin, au même moment que moi, Charlotte publiait cet article sur son blog Enfance Heureuse : Et si le Terrible 2 n’était pas si terrible?

17 commentaires sur “2 ans, c’est Terrible-ment formidable !

  1. Ouah les lettres et le compte jusqu’à 11, bravo! Ma deux ans aussi répète en boucle « non c’est moi », « Maman sors des toilettes », « laisse moi faire »… notamment pour ce qui est du lavage des mains, dents, brosse, actuellement pour la ventoline matin et soir elle aimerait bien gérer tout seule aussi… et l’autre fois elle m’a épatée, j’avais dit en visant les grandes, on met les pyjamas et après il y aura une surprise, résultat elle s’est déshabillée seule, a demandé un peu d’aide à sa grande sœur pour faire, a rangé ses vêtements sales comme elle pouvait et s’est pointée la première devant moi « ze suis prête ze peux avoir la surprise ? » Trop craquante!!

    J'aime

    1. Ah chacune son rythme, tu vois pour ma fille l’habillage, les dents et la continence n’en sont pas au stade de l’autonomie du tout par contre !
      Le compte jusqu’à 11… a souvent des loupés 🤭

      J'aime

  2. Comme toujours je me reconnais dans tes mots. Ici aussi des apprentissages qui nous bluffent chaque jour, un vocabulaire riche et précis… Pas spécialement de crise d’opposition. On prend le temps pour pas mal de chose, l’avantage de n’avoir qu’un seul enfant en bas âge. Et si jamais début de crise il y a, on sort les toutouilles et ça se calme aussi sec !

    J'aime

  3. Ah mais comme j’adore ton article !
    Mon fils (19 mois) a découvert le non récemment et il l’emploie à toute les sauces, plus pour voir la réaction de l’adulte que pour réellement s’opposer. Je le traduit par « je grandis et j’ai envie de faire par moi même » 🙂

    J'aime

  4. C’est aussi une évidence pour moi! Je pense d’ailleurs que toute situation que nous « jugeons » comme de l’opposition est une excellente opportunité de regarder notre position d’adulte d’un oeuil nouveau. Ce que je dis au parent que j’accompagne, quand il y a une situation d’opposition, c’est de regarder si je n’ai pas induit une résistance à la contrainte qui est naturelle et souhaitable!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s