Attendre son deuxième enfant : un premier trimestre laborieux

Je vous l’annonçais il y a quelques semaines, Chéri, Ty’Pêche et moi nous apprêtons à accueillir une nouvelle paire de pieds à croquer, amoureusement surnommée « Bébé Cacahuète » pour l’instant 😉 . Voilà donc un premier article, très personnel et intime, pour raconter les début de cette grossesse qui furent bien différents de ma grossesse pour Ty’Pêche !

2020. Cela faisait quelques mois que Chéri m’avait parlé d’être prêt à franchir le pas du deuxième petit gnome (moi, je l’étais depuis longtemps, malgré les nuits chaotiques de notre fille). La situation sanitaire nous a quelque peu refroidis, nous n’étions pas très serein d’entamer une grossesse avec ce nouveau virus étrange dont on ne connait pas les conséquences sur le foetus et son avenir. Puis le déconfinement a bousculé nos rythmes de vie et chargé nos emplois du temps, et nous n’avions pas le calendrier menstruel sous le pif : Bref, un beau samedi de Juillet, sur un balcon, bière à la main, alors que je regardais au loin la cathédrale de Nantes qui laissait s’échapper quelques derniers volutes de fumée (tu ne te souviens probablement pas, mais c’était le fameux jour où l’édifice a brûlé), j’eus soudain un flash : mais depuis combien de temps n’ai-je pas eu mes règles ?! Je posais précipitamment ma bière et me promettais de faire un test dès le lundi, peu convaincue cependant par le manque de symptômes : eh bien Bingo, il s’agrémenta très rapidement de 2 barres roses qui me frappaient de stupeur ! Effet psychologique sûrement, les nausées apparurent le lendemain 😬

Ma première résolution fut de prendre rendez-vous avec ma Sage-femme sans tarder : en effet je n’avais aucune idée de la date de cette grossesse, et je craignais d’avoir du mal à consulter étant donné la période estivale qui entraine les congés des différents professionnels, et accessoirement nos vacances imminentes. Finalement elle me reçut dans la semaine, elle ri à mon manque de rigueur et je pu caler sans trop de mal un RDV pour une échographie de datation 10 jours plus tard.

Psychologiquement, ce début de grossesse fut comme mon premier : angoissant. J’ai la chance de n’avoir jamais connu de fausse-couche, mais je n’en suis pas plus sereine pour autant : à tout moment je m’imaginais perdre ce bébé, que l’on m’annonce un oeuf-clair ou une GEU. La première échographie précoce nous rassura quand à la présence d’un embryon au coeur actif, mais nous n’étions pas rendu à la fin de ce trimestre. Je n’ai vraiment pas été sereine, et j’avais du mal à le verbaliser.

Physiquement, j’ai connu bien plus de symptômes que pour ma première grossesse. La fatigue était harassante, et durant tout le mois d’Aout je devais m’octroyer une sieste 1 jours sur 2, en plus de mes 8h par nuit, si je voulais dépasser le stade zombiesque. A peine 2 mois de gestation que j’étais déjà essoufflée d’un rien, je ne tenais pas la cadence sur nos balades estivales et je m’avachissais dès que possible ! Une vraie loque ! J’ai rapidement arrêté de porter Ty’Pêche (en porte-bébé s’entend), ce qui a été un manque pour elle, bien qu’elle en sache la raison et qu’elle ne s’y opposa pas trop… Mon ventre a très vite poussé, tout en avant, si bien que dès 9sa (7ème semaine de grossesse, soit milieu du 2e mois) il ne faisait aucun doute que je portais la vie au creux de moi. Mais le symptôme le plus pénible fut les nausées, qui me collaient à l’estomac du matin au soir, couplées à des remontées acides vraiment brûlantes : je ne savais pas si manger était un remède ou une balle dans le pied. J’étais inconfortable tout au long de la journée, et le seul truc qui me faisait envie était le chocolat bien noir (y’a plus inédit et plus désagréable, me direz-vous !). Rien ne réussit à apaiser ces nausées, que ce soit les repas fractionnés, la suppression des laitages, la suppression des aliments acides et du café, l’hydratation, l’homéopathie, l’Oméprazole, le grand bol d’air (bon avec le port du masque non stop, pas évident hein) ou même l’accupression… J’ai tenté bien des choses mais j’ai abdiqué : elles étaient plus déterminées que moi, apparemment !

Mon « petit » bidon, le jour de mes 30 ans ♥

Le mois d’Aout fut donc un calvaire, car je suis rentrée de mes congés d’été le 10, et il me fallait attendre 5 semaines avant de passer mon échographie T1. Comme la bienséance le veut, je n’ai pas parlé de ma grossesse à mes collègues : j’ai donc tenté de faire taire ma fatigue, mes nausées et mon bidon durant tout ce temps… J’ai aussi organisé et fêté mes 30 ans avec une Cacahuète planquée, alors que quasiment aucun vêtement ne m’allait plus et que je devais bien entendu trinquer à ma nouvelle dizaine : étonnement ce fut un succès car je n’ai pas été repérée 😁 !

L’annoncer à Ty’Pêche. Je ne savais pas bien comment m’y prendre, et c’est Chéri qui me dit « On ne lui cache rien, on lui dit tout de suite ». J’ai quand même voulu attendre l’échographie de datation : c’est donc vers 7sa que notre fille apprit la grande nouvelle. J’ai expliqué les choses de la sorte : un petit œuf s’est installé dans le ventre de Maman, ce petit œuf va pousser et s’il devient assez costaud, un bébé va grandir à l’intérieur. Elle m’a posé beaucoup de questions, a demandé à reformuler, puis s’est octroyée la possibilité d’avoir elle-même un œuf dans le ventre au sein duquel grandissait un bébé ptérodactyle (il y eu également un bébé chat et un bébé dragon au sein de son oeuf multi-tâche 😂 ). Je n’ai pas parlé d’elle en terme de grande sœur, et ne lui ai surtout pas demandé si elle préférait un frère ou une sœur : comment pouvait-elle en savoir quelque chose, et surtout pourquoi lui demander si c’est pour répliquer « de toute façon on ne choisit pas » ? Globalement, nous lui en parlions assez peu et la laissions venir avec ses éventuelles questions.

la fin du 1er trimestre approchait ! (petit détail : c’était 14sa plutôt que 13sa)

Je n’en ai pas parlé dans mon article concernant la fin de notre allaitement, mais bien évidemment cette grossesse a joué pour beaucoup. Mes seins étaient devenus très très sensibles, les tétées m’étaient très désagréables. Et je ressentais profondément une envie d’arrêt, de « passer à autre chose », de laisser ma poitrine tranquille quelques temps avant de rempiler sur un deuxième allaitement ! Nous n’avons cependant jamais exposé à Ty’Pêche le lien entre la fin des tétées et le bébé à venir, par soucis de ne pas développer un ressentiment en elle.

L’échographie T1 arriva avec joie, car c’était mon feu vert pour annoncer cette deuxième grossesse à nos « moins proches ». Cela marquait aussi la fin imminente du 1er trimestre, avec l’espoir magique d’une disparition des nausées et d’un regain de forme spectaculaire. Mais je vous laisse le suspense pour le moment…

Pour rigoler, un petit comparatif de mon babybump Ty’Pêche versus Cacahuète 😅

9 commentaires sur “Attendre son deuxième enfant : un premier trimestre laborieux

  1. Oh des photos de toi! En effet, cela confirme que les muscles se détendent plus vite après une première grossesse … 😉 Quand je me revois sur des photos à 1 ou 2SG, je ne le savais même pas encore mais franchement ça se voyait !!
    Belle fin de grossesse à toi !

    J'aime

    1. Ouiii des photos de moi ! C’est très rare car en fait… ben personne ne me prend en photo : c’est moi la photographe de la famille ! Donc les photos de moi sont des selfies, un exercice que je n’aime pas beaucoup donc que je fais assez peu.
      Mais pour une grossesse, il ne peut pas y avoir un autre modèle que Moi 😜

      J'aime

  2. Impressionnant la différence entre les deux dernières photos. J’espère que les nausées sont derrière toi ou ont au moins diminué. Pour en avoir eu beaucoup beaucoup, je ne peux que compatir.

    J'aime

  3. J’ai jamais eu de nausée, quand on m’en parle j’ai du mal à saisir 😅 Tu me détestes et c’est normal 😂. La grossesse c’est une sacré aventure quand même, j’espère que tu as retrouvé de l’énergie depuis. J’ai hâte de lire la suite 👍.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s