Attendre son deuxième enfant : un troisième trimestre émouvant

J’ai commencé à parler de ma deuxième grossesse ici puis , j’ai aussi parlé de ma préparation à la venue de Ty’Cahuète. Je vous ai annoncé la douce nouvelle de sa venue au monde dans le dernier article, mais il manquait donc le troisième trimestre à balayer ! Un troisième trimestre qui fut un meltingpot d’émotions !

Et soudain, le décompte. Lorsque l’année 2021 a commencé, ce fut l’occasion pour moi de me rendre compte que le décompte M-3 avait largement démarré. Et ce fut un choc ! J’ai eu l’impression d’être pressée par le temps : la chambre n’avait pas bougé d’un yota, les cartons de petits vêtements végétaient encore chez mes parents, je commençais timidement les séances de préparation à la naissance, je n’avais rien imaginé de l’accouchement, ni n’avait avancé dans mes vidéos de la préparation de Quantik Mama ou mes lectures… Bref, un coup de speed qui m’a fait réaliser que si je voulais être actrice de quelque chose, il était temps de se relever les manches !

Mésaventures. Début Février, l’épisode de neige m’a quelque peu secouée : alors que je descendais un escalier de pierre, le verglas m’a fait glisser et tomber droite sur mon postérieur rebondit. L’effet ne s’est pas fait attendre : ma sciatique jusqu’ici silencieuse s’est douloureusement réveillée et m’a fait vivre un week-end d’enfer. Le lundi matin, j’étais à la première heure entre les mains de mon ostéopathe qui m’a fait remarqué que j’étais méchamment tordue et décalée ; s’en est suivi une démarche de repos et de soin de moi jusqu’à la fin de la grossesse.

Pirouette Cacahuète. L’échographie T3 nous semble la moins importante, et la moins curieuse puisque vu la taille de bébé, on n’y reconnaît plus rien nous, les parents. Il n’empêche que ce fut l’occasion de confirmer la malice de bébé Cacahuète : coquinette se présentait encore en siège à 32 semaines. Rien d’alarmant à cette date, mais une vigilance à avoir ; la maternité nous informait qu’elle proposerait une manœuvre de version externe à 37sa si bébé ne se décidait pas à se retourner. Une perspective qui ne m’emballait absolument pas ; en effet je me souvenais que lors de la grossesse de Ty’Pêche, la lecture d’un beau texte de Maman Louve m’avait menée à une réflexion à ce propos. Vue le peu de réussite (à peine 50%) et le potentiel risque (fissure de la poche des eaux), sans compter la violence du geste pour la mère (appui et manipulation musclée du ventre) et du bébé (forcing pour changer sa position), ma décision était arrêtée : je n’accepterai pas de MVE. 4 ans plus tard, alors que la question commençait à se dessiner, je ne voulais toujours pas de cette manipulation, bien que la perspective d’accoucher d’un bébé pieds devant me stressait un peu. Je n’allais donc pas rester à me tourner les pouces : bébé Cacahuète, nous allions travailler ensemble à ta pirouette finale ! Je me suis donc focalisée sur des positions de yoga favorisant la place dans l’utérus ; j’ai fais ma première séance d’acuponcture (et j’ai pas trop aimé) ; j’ai parlé à bébé et je l’ai guidé avec des caresses ; Ty’Pêche a donné de sa personne en appelant Cacahuète en se plaçant entre mes jambes, situation d’une classe absolue 👌. Tout cela a semblé payer, ou est-ce le hasard, mais au contrôle de presque 36sa, Ty’Cahuète pointait le bout de son nez vers la sortie !

Le neuvième mois. Le temps a passé, au rythme des séances de préparation à la naissance, de l’école et des journées qui rallongent : bientôt, j’arrivais au fameux M-1. Le 9ème mois, ce mois si complexe, si intense en émotion (j’en parlais ici pour la grossesse de Ty’Pêche). J’ai réalisé que je vivais fort fort probablement les dernières semaines de ma vie en tant que femme enceinte, en tant que créatrice et porteuse de vie ; mes dernières semaines avec un bébé au creux de moi, avec ces mouvements inimitables, ces sensations aussi douces que parfois désagréables, cette fusion unique, ces moments rien qu’à nous 2. J’ai pleuré des litres de larmes, je me suis déversée de ma peine pour cette magnifique page de ma vie qu’il me fallait tourner définitivement. Oui j’ai aimé être enceinte, malgré des débuts pénibles autant moralement que physiquement : la grossesse est un état de corps et d’âme qui me plait infiniment et c’est extrêmement difficile pour moi de lui dire adieu.

Au revoir, grossesse. Toi et moi c’était bien, c’était chouette. On se reverra peut-être dans une autre vie… ❣

Compte à rebours : plus qu’un mois (tout pile !)

Dernière ligne droite. Et pourtant… aimer être enceinte ne m’a pas empêché de vouloir en voir la fin. L’impotence fonctionnelle, la fatigue des insomnies, l’attente mais surtout l’angoisse d’un nouveau dépassement de terme et donc, d’un nouveau déclenchement, me rongeaient petit à petit. J’ai refais une séance d’acuponcture (je n’ai toujours pas aimé), j’ai parlé à mon bébé, j’ai consommé teeeeellement de dattes et de tisanes de feuilles de framboisier, j’ai fais de l’exercice quotidien, j’ai j’ai j’ai… et voilà que la date théorique d’accouchement se rapprochait dangereusement de moi comme un oiseau vers une baie vitrée parfaitement bien lavée (donc, pas comme chez moi). Une amie m’a dit ces mots si forts : « Lâche. Mais vraiment, lâche tout. Arrête les tisanes et ces trucs, ton corps a comprit le message. Mange ce qui te fais envie, fais ce qui te plaît. Profite, glande, procrastine. » . J’ai arrêté les tisanes et les dattes. Je me suis empiffrée de glaces et de réglisses. Je me suis affalée dans le canapé, et avec mon Chéri nous avons re-maté la saga des « DC » de ces dernières années. J’ai accouché 48h plus tard.

10 jours avant d’accoucher !

… Mais pour l’accouchement, vous attendrez un prochain article, petits curieux.ses !!!

6 commentaires sur “Attendre son deuxième enfant : un troisième trimestre émouvant

    1. C’est une sacrée étape à passer, et dont on n’entend pas beaucoup parler d’ailleurs je trouve ?

      (oui ce sont des BL Nord !!! J’ai passé un super hiver avec, top confort 👌)

      J'aime

      1. Oui, encore un truc que les femmes doivent gérer seules dans leur coin…
        (J’en ai eu aussi mais finalement trop amples, je suis passée aux Groundies Astana quand elles sont sorties et depuis je ne jure que par cette marque 🤩)

        J'aime

  1. Ton ventre était massif 😳 !!
    Les bébés en siège faut vraiment que le corps médical arrête de casser les pieds aux mamans avec le « faut que bébé se retourne avant X SA ». Chacun son rythme ! Qu’on les laisse kiffer leur vie de foetus ! La plupart se retourneront, même tardivement. Y’en a bien qui font l’inverse et qui se mette en siège en toute fin de grossesse 😅 pour faire une « surprise » à maman 😂.

    J'aime

    1. Hé oui je suis du genre « big bidou » 😅 !

      oui c’est vrai que c’est un gros stress de la part du corps médical, la présentation en siège… Et cette histoire de radio du bassin et de supposé ouverture qui ne sera (ou pas ? Qui sait ?) pas assez large…

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s