A la recherche DU prénom

C’est quelque chose que j’avais toujours idéalisé. Réfléchir ensemble, main dans la main, au prénom de notre progéniture. Rayer des noms et n’en garder qu’un… et en tomber amoureux.se.Dès mon enfance, puis mon adolescence, j’avais des prénoms favoris. Pour sûr, mes enfants s’appelleront ainsi ! Et finalement… le temps fait son travail, et un petit détail de rien du tout a eu son mot à dire : le Papa !! Tout en gardant secret les véritables prénoms de mes filles, voilà leurs histoires !

Le prénom de Ty’Pêche
Nous avons opté pour se garder la surprise du sexe de bébé, il nous fallait donc réfléchir à un prénom de chaque sexe (ou un mixte). Le fait est qu’on avait déjà un prénom féminin en tête… mais allions nous oser ? C’est un prénom d’une héroïne d’un jeu vidéo, et quelques années avant j’avais dis à Chéri pour rigoler « C’est doux et pep’s à la fois, allez on appellera notre fille comme ça ! » ce à quoi il avait répondu à la positive en rigolant. Maintenant que nous y étions… Chiche ? Est-ce que c’est pas un peu too much, un peu trop geek ? Qu’allaient en dire nos proches ?

Côté garçon, nous tombâmes rapidement d’accord sur un prénom, et nous en étions satisfait… jusqu’à ce qu’au détour d’une conversation, mon frère et ma belle soeur nous supplient de ne pas appeler nos enfants… Gabriel(le), parce que c’est THE prénom qu’ils adorent tous les 2 et auquel ils ne veulent pas renoncer. Rha, ben merdouille alors. Nous hésitons… faut-il « laisser » ce prénom à un hypothétique neveu ? Faire fit de leur avis et donner ce qui nous plaît ? Au cas où, nous (re)commençons à chercher… et la tâche s’annonce ardue.

Moi sur mon frère

Alors que je lisais hasardeusement un dictionnaire de prénoms bretons, mon oeil tombe sur le prénom féminin tant désiré… Il aurait une origine bretonne ? Nous lisons la description et l’équivalent français achève de nous convaincre : il s’agit du prénom hommage que Chéri voulait donner en 2e prénom. Arrêtons de nous prendre la tête, de toute manière nous n’avions même pas essayé de chercher d’autres patronymes : ce prénom sera celui de notre fille, et nous nous mirent à espérer très fort que Ty’Pêche serait de sexe féminin (car il n’est absolument pas mixte).

Hélas, la Bretagne ne nous inspirera pas pour un p’tit mec : rien ne nous branche. Je concocte avec misère, après quelques semaines, une liste de 10 prénoms : je les aiment bien mais j’ai le regret qu’aucun ne soit un véritable coup de coeur. Chéri la lit et la relit, puis finalement en retire 2 gagnants : Léonard, et Arthur. J’aime le rappel aux Chevaliers de la table ronde, et donc à la Bretagne, qui réside dans Arthur : ça sera ce prénom.

Vous connaissez la fin : Ty’Pêche est une fille, pour notre plus immense joie : c’est avec une émotion très intense que nous prononçâmes ensemble son prénom à l’auxiliaire de puériculture.

et aujourd’hui encore, je suis toujours amoureuse de ce prénom ♥

.
Le prénom de Ty’Cahuète
Cette fois-ci, nous n’avions aucun coup de coeur de longue date lorsque nous apprîmes la grossesse. Et cette fois encore, nous gardions la surprise donc il nous fallait trouver prénom féminin et masculin.

Tous le long des 9 mois, nous avions un prénom mixte qui nous faisait hésiter : Naël/Naëlle. Mais Chéri l’envisageait vraiment pour un garçon, et moi pour une fille… et nous eurent du mal à le mixiser dans nos esprits. Les semaines passaient et nous n’étions inspirés par rien, pas l’ombre d’une piste.

En Janvier, commençant le 3e trimestre, je me décidais à prendre le truc au sérieux : cet enfant aura quand même besoin d’être baptisé, bon sang ! Je relu le dictionnaire de prénoms bretons ; en parallèle je demandais à une amie sage-femme de me faire les listes de prénoms donnés dans sa maternité à chaque retour de garde ; je notais ce qui pouvais éventuellement m’inspirer : je fis une liste géante que j’agrémentais jour après jour. Arrivée à mi-feuille, je me décida à la relire et à rayer tout ce qui ne me convenait pas. Cette liste finale fut donnée à Chéri… et dans un énorme flop, il me la rendit en disant qu’il n’y avait absolument aucun prénom qui le tentait et que c’était n’importe quoi (ah ben merci !).

à peu près cette ambiance-là

A son tour de m’envoyer une short list de 5 prénoms par sexe. Le moment de désespoir où je me rends compte que ça ne va vraiment pas le faire : j’ai hésité entre rire et pleurer car ses propositions étaient aux antipodes de mes gouts !

Voilà comment nous arrivâmes à 4 semaines du terme sans aucune piste pour nommer cet enfant (enfant qui, voyant les difficultés parentales, s’est dit qu’il valait mieux aller au bout de la période de gestation).

On va éviter d’en arriver là.

Agacée, stressée, je repris mes listes, la sienne, je réfléchis comme jamais et je balance pas mal d’autres prénoms qui ne m’étaient pas spécialement venus à l’esprit, ou que je trouvais pas forcément chantant avec le prénom de Ty’Pêche mais, vu l’impasse, tout devenait bon à prendre. Je représente cette liste à Chéri qui dégaine le crayon « Allez, il faut trancher ça maintenant ! ». 30 minutes plus tard, il m’avait tiré 3 prénoms masculins et 3 féminins. A moi de faire le choix final. J’ai observé les prénoms, et j’ai pris 15 jours pour les répéter, les digérer, les manipuler. Pour faire le deuil aussi, du « prénom coup de coeur » et accepter que BB2 portera plutôt un « prénom compromis ».

Parce qu’il faut bien naître à un moment donné, Ty’Cahuète se décida le jour du terme, à effectuer sa grande arrivée sur la Terre ferme. A ce moment-là, nous avions 2 duos de prénoms. A la naissance nous découvrîmes son sexe : une seconde petite fille ! Nous voilà donc à devoir choisir entre Naëlle et… son prénom définitif 😉. Chéri me demande « Alors ? ». J’hésite… Le prénom de Ty’Cahuète est un prénom que j’avais imaginé donner à ma future fille lorsque j’avais 15 ans… et c’est avec étonnement que mon homme me l’a sélectionné. Je n’y avais pas porté plus d’attention que cela avant… mais tout compte fait… On se regarde. On le prononce chacun notre tour. C’est pas mal du tout, finalement ! Avec sourire, nous annonçons à l’auxiliaire de puer, 1h après sa naissance, que Ty’Cahuète avait enfin un prénom. Un prénom rock, chantant, chaleureux. Il existe d’ailleurs une chanson reprenant ce prénom… alors oui, elle l’entendra toute sa vie, elle en aura sûrement marre parfois… Ça ne change pas les vibrations émue de mon coeur à la prononciation de ces 3 syllabes !

Au fil des semaines, j’ai aimé de plus en plus ce prénom que je ne voudrai surtout plus changer ♥

Et pour le garçon ? Franchement, heureusement que nous n’avons pas eu à choisir. Car aujourd’hui encore, nous ne sommes toujours pas d’accord !

Pour le plaisir
Suite aux vetos de Chéri, ou à d’autres raisons, voilà donc la liste des prénoms que je ne donnerai jamais à mes enfants, à mon grand dam car je les adore :
Céleste, Romane, Charlie, Maïwenn, Alice, Anouck.
Oscar, Armel, Anatole, Augustin, Gabriel, Gaspard.

Et vous, quelle est l’histoire des prénoms de vos enfants ? Easy peasy, ou parcours du combattant ?

7 commentaires sur “A la recherche DU prénom

  1. J’aime beaucoup aussi Céleste (plutôt Célestine d’ailleurs !) et ado je me projetais avec une Alice, mais ce fut une ex importante pour mon mari donc impossible de lui donner ce prénom !
    En garçon Gabriel et Gaspard surtout étaient dans mon top 3, mais pas celui de mon mari ! Heureusement nous avons eu des filles et plutôt des prénoms coups de cœur, acceptés facilement par l’un et l’autre sans trop de négociations…
    Je connais le prénom de ton aînée, pas celui de ta cadette mais j’ai une petite idée et une chanson me trotte en tête depuis… si c’est celui-ci, il est très joli aussi et faisait partie de ma short list !

    J'aime

  2. Quand je vois votre parcours pour la deuxième, je me dis qu’on s’en est pas si mal sortis !
    L’un de nos trois enfants est dans ta short liste finale !

    J'aime

  3. Nos goûts en matières de prénoms sont visiblement un peu différent ! Mais vu ce que j’ai galéré pour me mettre d’accord avec mon mari, ca ne m’étonne pas.

    Ici on avait la contrainte d’habiter à l’étranger et de vouloir un prénom qui se prononce pareil en France et ici.
    Ca réduisait déjà bien la liste. Au final on a décidé du prénom à l’hôpital. Et d’ailleurs, quelques heures après, mon mari s’est demandé si on avait bien choisi. Il a même hésité quelques secondes quand nos parents ont demandé le prénom, il a beuggé et ne savait plus ! Mais maintenant on est tous les 2 sûrs d’avoir bien choisi !
    Toute notre famille ont été surpris, ils nous imaginaient plus classique (même si on a choisi un prénom qui existe et n’est pas si original pour moi).

    Pour n2 qui n’est pas encore né, on ne sait pas. Comme pour le premier on a un prénom coup de coeur pour une fille (mais bien sûr ce n’est pas le même, ca serait trop facile). Et aucune idée pour un garcon.

    En passant, en Suède, on a 3 mois pour décider du prénom et le déclarer. Et beaucoup de gens se décident (voir commencent à réfléchir) après la naissance! Ca me parait assez bizarre perso mais ca déstresse les parents.

    J'aime

    1. oh ça me semble bizarre aussi de ne se poser la question qu’après ! Parce que j’aurai envie de le nommer, ce petit bébé ♥ !

      Vous avez vous aussi un chemin un peu galère visiblement 😅

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s