TFGA #6 : et la colère fut.

Comme promis, je me permet de publier en rattrapage mon TFGA #6…
Le Top Five Game Addict de son petit nom, c’est une initiative d’Alex du blog alex-effect, dont le but consiste en la réalisation d’un top 5 sur le jeu vidéo en respectant un thème donné, le 20 de chaque mois. Et celui-ci m’a immédiatement inspirée: je suis jeune joueuse mais enfin, ma courte expérience connaît déjà de sombres heures! Et pour cause … :

Ces moments où la manette a (failli) voler

Damned! Je me vente de tenir un blog zen et d’être quelqu’un de patiente et sereine, et c’est relativement vrai, mais dès lors que je game… comment dire, le mal s’emparent de moi, ma raison me quitte et mon esprit rejoint rapidement le côté obscure de la Force…

5/ « à taaaaaaaaaable !!! » ou la tragédie du point de sauvegarde
– j’arrive!

– J’ai dit à taaaaaaaable!
– oui, oui, 2 secondes, je termine le chapitre/la partie/le combat!

– BON, TU VIENS???
– **[censuré]**!! MAIS OUiii! ATTENDS QUE JE TROUVE UN POINT DE SAUVEGARDE!!! **[censuré²]**!!
– JE VAIS VENIR ÉTEINDRE LA TV!
Jeté de manette magistral et mutisme obtus durant tout le repas.
Moi, ça m’a toujours fichu en rogne, cet incroyable incompréhension des parents. Abandonner une partie au milieu du chapitre? Non, vraiment, c’est pas sérieux. Z’ont pas idée des enjeux, je crois.

maudit sois-tu, point de sauvegarde!

4/ les sauts
C’est idiot, mais c’est ma bête noire. Va savoir pourquoi, je n’ai jamais su, et ne sais toujours pas (et ne saurais-je jamais?) faire sauter mes personnages d’un point A à un point B. Soit je ne prend pas assez d’élan, soit je coordonne mal mes doubles sauts, soit je ne suis vraiment pas douée (certainement la meilleure explication) enfin bref… quelque soit le jeu, les héros finissent un nombre incalculable de fois dans les tréfonds abyssaux… la manette, par contre, elle saute relativement bien je dois dire…

Sauter jusque là-bas? La barbe, y’a pas un moyen d’y aller à pied?

3/ les combats aléatoires… quand t’en veux pas
Alors oui, je sais, c’est le charme des RPG que de marcher les yeux fermés et pouf! affronter un ennemi qui se jette sur toi telle une charogne, que tu te dois de combattre héroïquement malgré ses rudes coups, ses viles magies et autres altérations d’états, parce que tu va pas fuir, non-mé-oh!  et par ce biais level up tes personnages adorés… Oui, oui, mais dans certaines situations ces fameux combats se transforment sournoisement en parcours de galère… Au hasard je citerai les grottes dans Pokémon (quand y’a tellement de combats que tu ne sais même plus d’où tu viens), le Temple des Anciens dans FF7 (même problématique), la retraversée des zones de départ quand t’es level 50 (certes tu les bats facilement, m’enfin ça n’en est pas moins pénible!)… Heureusement pour mes nerfs, il n’est pas rare de trouver un innocent objet qui te permette de squeezer les combats, cependant le-dis objet est bien souvent un équipement complètement pourri qui n’apporte aucun avantage à ton équipe outre celle que les monstres lui fichent une paix royale. Un vrai dépit quand tu finis par croiser un boss au coin de la rue… Dans cette catégorie, le truc le plus rébarbatif que j’ai jamais fais c’est la capture des monstres pour le CEM de FFx… Ces combats de malheur, pas le choix, t’es obligé de les faire, et 10 fois par monstre en plus, mama mia!

WHAT! c’est une blague?

2/ Chéri qui game
Et qui râle, bien entendu. Entendre des put*ns par dizaines, ça met les nerfs à rude épreuve. Je prends sur moi pour ne pas me lever, lui arracher sa manette et la jeter par la fenêtre en criant PUT*N moi aussi. Mais, objectivement parlant, je suis aussi vénère que lui quand je bute sur un truc, et comme je suis bien bien bien plus nulle moins expérimentée que lui, je me dis qu’il doit certainement supporter autant de ma part, et pour des trucs même pas durs en plus. Alors je respire un grand coup, et si sa colère dure, je chantonne mine de rien …

1/ Les tonneaux dans l’arène d’Hercule – Kingdom Hearts
Ce passage ne brille absolument pas par sa difficulté, c’est moi y qui brille par ma nullité. La rapidité n’est pas vraiment une de mes caractéristiques dans la vraie vie, alors évidement je ne brille pas dans ce genre-là en JV non plus. J’ai eu beau essayé maintes fois, chercher des astuces sur les forums, rien n’y faisait, je ne réussissais jamais à dégommer la totalité de ces foutus tonneaux dans le temps impartis. Ce qui me valait à chaque fois d’être copieusement moquée par ce **** de Philoctète, en prime. La joie. Bref, j’ai buté sur un stupide passage dont certainement la sphère vidéoludique ne se souvient pas, mais il se doit d’être le 1er de mon classement car ce malheureux jour, à bout de nerf, j’ai réellement balancé de rage la pauvre manette… qui finit sa malencontreuse course dans la tête de mon petit frère. Oups. Bon, j’ai finis par réussir, hein. Ah, je me suis inscrite au yoga, aussi.

Aller, aller, y’a mille fois pire que ça.

Publicités

2 commentaires sur “TFGA #6 : et la colère fut.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s